22-Nov-17
Le port de pêche à kamsar, un port mouvementé

Nous voilà en ce jour unique et précieux pour une visite guidée et presque intégrale ce mercredi 15 février 2017 au sein du port de kamsar même autour de toute cette foule dont les regards sont accablés vers nous et l’odeur enquiquinante des poissons venant de partout. Depuis sa création, il y a une dizaine d’années plus précisément en 2008 ce port a « révolutionné » la pêche artisanale à Kamsar. Nous étions guidés par monsieur Aboubacar Khoto Camara qui est le directeur de la pêche préfectorale.
Tout d’abord ce port de kamsar possède entre 800 et 1000 bateaux qui vont chaque jour à la pêche. Les pêcheurs viennent d’un peu de partout : par exemple des Sierra léonais, sénégalais, etc… On peut les reconnaître avec des dessins sur les barques qui les symbolisent.  Sa production est supérieure au port de Boulbinet.
Comme tous les ports de pêche en Guinée, ce port de kamsar est un lieu où se rencontre tous les jours acheteurs et revendeurs et des personnes effectuant des petits métiers pour pouvoir nourrir leur famille (vendeur, pêcheur, tailleur etc.) et des mécaniciens chargés de la réparation des moteurs des bateaux qui tombent en panne.
Au niveau de l’organisation du port elle est plutôt normale. Il  y a des lois comme par exemple celle de vérifier chaque arrivage le type et la qualité du poisson pêché afin d’être sûr de pas enfreindre la loi. Au niveau technologique, des boussoles et GPS sont donnés à ceux qui conduisent les bateaux afin de connaitre où ils vont. Un espace de fumage de poisson est installé au port. Le poisson est fumé avec du feu de bois.
Nous pensons que la Guinée pourrait changer complètement dans les années à venir car la Guinée sera obligée de se développer. Donc, d’ici 2040  si la Guinée continue dans cette allure, il y a de fortes chances qu’elle se développe et se transforme mais il faudrait pour cela une investissement financier de l’Etat  dans tous les ports afin de pouvoir produire plus pour gagner plus et peut-être exporter les produits maritimes en associant davantage les populations locales.

Par Diallo aliou                                    
Diallo laye
Diallo minatagbe