31-May-18
example_image

Le fondateur et directeur de l’institut de relations internationales et stratégiques était dans les murs du LAC ce jeudi 31 mai 2018. Pascal BONIFACE a profité de cette visite pour animer une conférence à l’intention des élèves de seconde, de première et terminales ES/L. Le thème était : ‘’Les grands enjeux géopolitiques du monde’’.

Devant un parterre d’élèves et enseignants, le conférencier a fait son exposé en deux temps: d’abord un tour d’horizon de la géopolitique mondiale en parlant des fondements des relations internationales qui selon lui sont basées sur la force, ensuite les tendances géopolitiques notamment la bipolarisation qui se traduisait par l’opposition de deux blocs, l’un libéral et l’autre communiste. Il a rappelé les causes, étapes et manifestations de cette bipolarisation en faisant référence à la guerre froide, la réunification de l’Europe, la crise japonaise en 1990 et l’éclatement de l’URSS en 1991. Il a également fait un résumé des trois périodes de la mondialisation dont il situe la première à partir des grandes découvertes, la deuxième à partir du 19eme siècle et la dernière ou troisième dès après la deuxième guerre mondiale quand les Etats-Unis d’Amérique ont pris le monopole de la puissance mondiale.

Après le résumé sur la bipolarisation, il en fait de même sur la mondialisation avec les cinq principaux acteurs tout en parlant des atouts et faiblesses de chacun des acteurs.

D’abord les USA. L’orateur commence par qualifier les agissements ou réactions de Donald Trump de nostalgiques. Pour lui, l’actuel président américain veut faire revivre les années ‘’80’’ considérées comme années de gloire des Etats-Unis.

Pour ce qui est de l’atout de ce dernier il cite le PIB qui est le premier au monde, sa technologie également et surtout ce qu’il a appelé le ‘’Soft Power’’ américain qui est en quelque sorte le pouvoir d’attraction de la société américaine. Il se sert du cinéma et des universités pour fabriquer des consciences en faveur des Etats-Unis. Autre aspect de ces atouts c’est l’augmentation des dépenses militaires qui se chiffrent autour de 717milliards de dollars cette année, après l’arrivée de monsieur Trump aux affaires américaines. Des dépenses qui selon le conférencier ne changent pas grand-chose sur l’échiquier politique mondiale car malgré tout, les Etats-Unis n’imposent pas leur volonté partout comme ils le veulent. A titre illustratif, il cite l’échec des américains dans les dossiers du nucléaire iranien et coréen et l’échec dans la domination d’Irak et l’Afghanistan.

Le deuxième grand acteur est la chine selon notre conférencier. Pascal BONIFACE rappelle que la chine était la première puissance économique mondiale en 1820, un rang qu’elle a perdu à cause son refus d’ouverture sur les autres. En effet, au XIXe siècle les puissances européennes placent la chine sous leur tutelle suite aux guerres de l’opium. Après ces périodes sombres et la période maoïste, le pays renoue avec la croissance grâce à l’ouverture de son économie, à sa politique extérieure qui repose notamment sur la non ingérence dans les affaires internes des Etats. Mais la Chine a des problèmes rappelle l’intervenant parmi lesquels le ‘’Soft Power’’ qui est faible, le défi démographique et aussi la protection de l’environnement.

De l’empire du milieu il fait cap sur le ‘’pays du soleil levant’’, le Japon, un pays détruit en 1945 par les Etats-Unis, qui a connu un redressement rapide jusqu’à devenir la 2e puissance économique mondiale mais aujourd’hui ce pays connait une crise depuis les années 1990. Avec ses 126 millions d’habitants, le pays est confronté au vieillissement de sa population qui est réputée pour sa faible fécondité. Le pays n’a jamais reconnu ses tords vis-à-vis de ses voisins. Une autre faiblesse non des moindres est son attitude suiviste de la politique américaine.

Dans son top cinq, l’UE est la quatrième. Pour lui, l’une des principaux atouts de celle-ci est son PIB qui représente 22% du PIB mondial. Mais critiqué de l’intérieur à cause de son faible dynamisme surtout face au chômage. L’Union est aussi confrontée à un grave problème de vieillissement de sa population. Sans oublier sa crise politique qui se traduit par le manque d’une politique étrangère commune.

A côté de l’Europe des 27, il y’a la Russie qui signe son grand retour sur le devant de la scène politique internationale. Vladimir Poutine a réussi multiplier par six le produit intérieur brut depuis son arrivée au pouvoir même si l’économie reste encore vacillante et en cours de diversification.

Le dernier nouveau venu est le contient africain. Il souligne deux changements majeurs en Afrique. Le premier est l’avènement de la démocratie avec plus d’alternance depuis ces dix dernières années. Le second est lié à la révolution technologie qui profite fortement aux africains avec un taux de pénétration du téléphone portable très élevé, ce qui est un facteur de développement et permet aussi à de jeunes entrepreneurs africains d’innover.

Après ces éclairages, la deuxième partie de la conférence sera consacrée aux questions réponses. En plus des élèves, des professeurs également ont intéressés par cette conférence. A la fin de la rencontre, le proviseur a remercié le conférencier pour son déplacement et les élèves pour leur attention.